Librairies animées, commerce rassuré

Publié le 25 mai 2010

D’emblée, on pourrait s’imaginer qu’il suffit d’avoir sa librairie dans une rue commerçante, dans un quartier animé, d’organiser des événements culturels ou encore d’animer des rencontres pour considérer que cela doit suffire au libraire pour se considérer comme un véritable acteur culturel. Cependant, nous allons essayer de comprendre que, malgré un environnement et des circonstances qui semblent être porteurs, le libraire risque de passer à côté de ce qui est son cœur de métier : l’animation commerciale.

Lire la suite de l’article dans la  Lettre d’Aquitaine n°787

sdaumay-lettre-lr

sdaumay-consultant

Suivez moi !

1 réaction sur Librairies animées, commerce rassuré

  • sophie dit :

    harghhh je croyais que j’allais enfin trouver dans ton article le Saint Graal : comment transformer tous les éléments objectifs de la communication et de l’animation en élément efficaces. Car commme tu le dis parfois le libraire « fait tout bien » mais ça ne prend pas et les ventes ne suivent pas. Etre bon vendeur, savoir accrocher sa clientèle, transformer la communication et l’animation d’un calalogue en animation commerciale, donner envie au client de se déplacer en librairie dans et hors les murs, d’acheter et de revenir acheter. Faire événement en s’appuyant sur un vrai travail de fonds car : « les « événements » culturels se succèdent à un rythme de plus en plus rapide qui réjouit les uns et alarme les autres. cette omniprésence de l’événementiel joue-t-elle au détriment de l’action culturelle ou la conforte-t-elle ?  » http://www.librairiedurondpoint.fr/detaillivre.php?gencod=9782742768417

  • Derniers articles

    Meta

    Webmarketing viaa.fr.
    .

    Copyright © Stéphane Daumay Accompagnateur en librairie.