Libraires en devenir

Publié le 01 septembre 2009

Quels est le point commun entre Yann (35 ans, serveur), Marianne (50 ans, Enseignante), Nathalie (35 ans, assistante de direction), Xavier (28 ans, barman), Fabien (26 ans, réceptionniste), Olivier (29 ans, technicien dans l’Armée de l’Air), Joseph (42 ans, agent de service hospitalier) ou encore Valérie (46 ans, chef de projet client) ? La volonté de devenir libraire (entrepreneur, repreneur ou salarié) après une expérience professionnelle sans lien ou quasiment avec la voie qu’ils veulent suivre.

 

Ils font partie des 18 participants de l’Institut de Promotion Commerciale (IPC) qui propose au sein de la CCI de Lyon un cursus de formation aux futurs libraires. Je les ai accompagnés durant 2 jours sur la partie management du métier de libraire.

 

Et je suis véritablement admiratif vis-à-vis de ces personnes qui, contre vents et marées, se donnent les moyens d’acquérir des compétences dans un métier non pas « compliqué » comme me l’indiquait Olivier lors de la formation, mais que je qualifie plutôt de « complexe ». Et au final, pour reprendre les propos d’une participante, de faire un « métier concret ».

 

Car c’est du concret pour un groupe en formation comme celui que j’ai accompagné lorsqu’il s’agit de quitter un domaine professionnel, de profiter du FONGECIF pour emprunter une nouvelle voie professionnelle. C’est du concret lorsque l’on quitte tous ses repères professionnels, que l’on met de côté tous ses acquis et compétences mises en œuvres tout au long d’un cursus pour se lancer dans l’aventure de la librairie.

 

Mais quelle aventure ! Et ce groupe que je retrouve d’ailleurs en octobre pour 2 nouvelles journées de formation est conscient que l’aventure du livre en vaut la peine. La profession a de l’avenir, du potentiel avec non seulement des jeunes sortis des IUT ou de l’INFL et prêts à en découdre. Mais ces trentenaires, ces quadras, ces quinquas qui analysent leur parcours, étudient les possibilités de reconversion et finalement optent pour celui de l’humble et méritant libraire : quelle gageure ! Mais quel espoir pour la profession !

 vivement-dimanche

Car les « anciens » de l’IPC ne viendront pas me contredire ! Par exemple, si je vous dis « Le Poivre d’Âne » à Manosque, « Vivement dimanche » à Lyon, « Encre de Bretagne » à Rennes, « Rêve des mots » à Lyon ou encore « Lettres à croquer » à Villeurbannne. Leurs points communs ? Tous issus de l’IPC avec une vie professionnelle avant la librairie. Et même dans le monde de l’édition avec Karibencila maison dirigée par une ancienne participante devenue librairie et qui aujourd’hui se positionne en éditeur jeunesse.

Oui des libraires en devenir il y en a. Et même si ce n’est pas un métier qui s’improvise à défaut de se vivre avec passion, les voies offertes dans cette formation à l’IPC prouvent qu’il n’y a pas d’âge pour suivre le bon chemin…de la libraire bien sûr !


Les commentaires sont fermés sur cet article.

Derniers articles

Meta

Webmarketing viaa.fr.
.

Copyright © Stéphane Daumay Accompagnateur en librairie.