La librairie religieuse, un espace consacré à l’humain

Publié le 08 janvier 2010

Pour compléter l’article du 18 décembre dernier à propos de la dimension sacrée dans les librairies religieuses, Patrick Banon (écrivain, essayiste, chercheur en sciences des religions et systèmes de pensée, spécialisé dans l’étude des monothéismes) nous fait l’honneur de contribuer au débat en nous proposant son analyse du sujet.Comme il nous le signifie très justement « les librairies religieuses ne doivent pas se limiter à la fidélité des croyants, mais répondre à la mondialisation des cultures« . Je confie donc la plume à Patrick Banon :

librairie-religieuse-banon-daumay« Dans un monde où la culture est trop souvent considérée comme une marchandise, les librairies religieuses font office de dernière frontière entre le choc des images et le poids des idées.

Espace privilégié de rencontre avec l’Autre, espace de découverte de soi-même, ces librairies héroïques participent par le choix des livres qu’elles proposent à l’édification d’une pensée humaniste, consciente de la responsabilité de chacun envers l’autre, son propre reflet, celui ou celle qui parait au premier abord différent mais qui exprime une lecture partagée des mêmes interrogations.

Les librairies religieuses ne sont pas des avant-postes religieux, mais des refuges pour la pensée. Les livres ne sont pas une marchandise comme les autres. Une librairie ne vend pas du papier imprimé mais des idées, des connaissances, des pensées destinées à rendre chacun encore plus humain.

Alors si la librairie religieuse n’est pas sacrée comme le serait l’autel d’une église ou d’un temple, elle est consacrée à offrir à tous le droit à des livres vrais. Le lecteur n’y trouvera pas côte à côte les confessions d’un « people » en vogue éphémère avec le magnifique Avorton de Dieu d’Alain Decaux. Les rois thaumaturges de Marcel Bloch n’y céderont pas la place à la biographie précipitée du roi de la pop. Le Da Vinci code et ses émules n’y sont pas exposés près des Rois maudits de Maurice Druon. Le récent prix Goncourt, Trois femmes puissantes de Marie Ndiaye, n’est pas l’histoire de trois starlettes du top cinquante. Dans ces librairies la confusion n’est pas possible. Car tout n’est pas dans tout. Ce qui se ressemble n’est pas nécessairement pareil. Les livres ne sont pas des objets interchangeables, ni des romans photos sans images, mais des pensées enveloppées pour être lues et relues, partagées et débattues. L’émotion confrontée à l’impression, les librairies religieuses rendent ces rencontres possibles par le choix courageux et exigeant des livres qu’elles proposent.

Leur culte est celui de la culture. Leur état d’esprit celui d’une foi dans la curiosité incessante de l’homme pour l’homme. Les librairies religieuses n’ont pas des clients mais des lecteurs, des voyageurs hors du temps, les pieds ancrés sur terre et la tête dans les étoiles. Car les librairies religieuses ne peuvent et ne doivent pas se limiter à la fidélité de croyants, mais répondre à la mondialisation des cultures. Un changement d’ère qui fera des librairies religieuses – je n’en doute pas- le lieu de l’expression de la diversité culturelle et religieuse, leurs lecteurs rassemblés par une même quête de transcendance et une même exigence de vérité. »

Patrick Banon

www.patrickbanon.com

biblio-patrick-banon

Suivez moi !

1 réaction sur La librairie religieuse, un espace consacré à l’humain

  • Viviane dit :

    Voilà un texte fort riche, à la fois par le style magnifique qui le caractérise, et par l’exigence intellectuelle qui le sous-tend.
    Un texte juste et enthousiasmant, qui vient se glisser avec pertinence dans un blog qui l’est tout autant…

  • Derniers articles

    Meta

    Webmarketing viaa.fr.
    .

    Copyright © Stéphane Daumay Accompagnateur en librairie.