L’architecte et le libraire

Publié le 23 juillet 2009

Lorsque je suis intervenu pour la réimplantation de la boutique du musée de Fontevraud en Anjou (lire l’article), j’ai découvert le nouveau mobilier en installant la nouvelle boutique après l’avoir apprécié sur les plans et défini les futurs rayons en conséquence. Il m’a fallu comprendre les enjeux de l’architecte Laurent Vié liés à ce projet et dans quel état d’esprit il a souhaité travailler pour accompagner au mieux toute l’équipe en charge de la boutique du Musée de l’Abbaye de Fontevraud.

fontevraud-1-daumay

Rien de mieux que de laisser l’architecte répondre à mes questions sur son travail mis au service -entre autre- du livre :

  • St.Daumay : Quelle a été la volonté première du cabinet dans la mise en œuvre du concept ?

Laurent Vié : Le concept architectural de l’ensemble des ces aménagements, fut établit suivant deux axes de travail.

Le premier étant la fonctionnalité des lieux dans un bâtiment particulièrement exigu ou plus précisément « étriqué ». Il convenait donc de développer un projet clair et fluide pour le visiteur et d’identifier les différentes fonctions des services proposés (billetterie, boutique, espace détente, etc.) tout en proposant un ensemble cohérent.

Le second axe de travail est quant à lui d’ordre plus conceptuel. Nous souhaitions travailler a l’aide de matériaux bruts « pauvres » afin d’obtenir une ambiance minimaliste  évoquant l’univers monacal. Les matériaux retenus furent donc le bois de peuplier (bois utilisé pour les caissons de transport des œuvres d’arts ou encore pour la fabrication des cagettes de pommes) et l’acier brut. Ces deux matériaux aux colorimétries opposées (bois clair, acier noir) furent les alliés pour la mise en place d’un travail d’harmonie entre le clair et l’obscur.

Ce  jeu permet aux différents aménagements de dégager une certaine « puissance » et un équilibre, tout en exprimant un certain raffinement. En outre, le parti architectural lié aux aménagements de la boutique fut d’une part de répondre au concept global des aménagements, et d’autre part de répondre efficacement aux problèmes de linéaires de présentation (insuffisants dans les ex-aménagements). Nous avons donc décidé de « napper » les murs périphériques de modules de bibliothèques permettant la présentation des ouvrages en partie haute et le stock en partie basse.  Cet ensemble de bibliothèques murales se présente comme un habillage mural créant des vibrations (de pleins et de vides) quand le mobilier passe devant un mur ou une fenêtre. Cet effet « moucharabié » place le mobilier et les ouvrages présentés non plus comme un simple « étalage », mais comme une architecture décorative au service du lieu.

Le centre ainsi dégagé de la boutique devient un lieu clair et spacieux où nous avons disposé un ensemble de tables de présentations thématiques. Le meuble caisse agit quant à lui comme une véritable colonne vertébrale de l’espace. Il pénètre au centre de la boutique afin de proposer une large surface de pose pour toutes les nouveautés et les produits dits à surveiller.


  • Dans quel esprit travaille-t-on pour un projet de boutique au sein d’un musée ?

Une boutique de musée ou de lieu à caractère culturel, doit être pensée pour moi comme un support au service de la typologie des articles proposés. Je m’explique : l’architecture proposée ne doit pas prendre le pas sur les produits mais au contraire les mettre en valeur et les accompagner. Chaque site ou musée dégage un sentiment ou une expression, une particularité qu’il faut révéler au public en proposant une architecture du lieu propre à l’endroit dans lequel il se trouve. Chacun de mes projets s’attache à répondre à cette volonté architecturale. C’est pourquoi je ne reproduis jamais deux fois la même chose, les mêmes effets et la même écriture.


fontevraud-2-daumay


  • Le fait de bâtir un projet pour une boutique de musée, lieu de commerce et de culture,  est-ce autrement stimulant que d’autres dossiers ?

Pas forcément. Chaque dossier a ces propres point d’intérêt. C’est pourquoi j’ai tendance à dire, qu’il n’y a pas de mauvais sujet, mais plutôt des mauvaises réponses.


  • Comment allier architecture des lieux chargés d’histoire et mobiliers de boutique ?

Comme je le disais précédemment, il faut s’inspirer du lieu, comprendre son fonctionnement, sa vocation et ses enjeux pour en  extraire un vocabulaire et une écriture architecturale en adéquation avec l’endroit et l’espace. Si ce travail est correctement fait il n’y a plus besoin de ce poser cette question car les choses découleront tout naturellement et l’architecture du mobilier deviendra alors évidente et en harmonie avec le lieu.

Suivez moi !

Les commentaires sont fermés sur cet article.

Derniers articles

Meta

Webmarketing viaa.fr.
.

Copyright © Stéphane Daumay Accompagnateur en librairie.